Youpi, c’est noël ! Ou le dictat des conventions…

Ah, les habitudes, les traditions… le conformisme !

– « il faut le faire, c’est comme ça, tu ne peux pas faire autrement »

– « si tu ne viens pas, ils seront tellement déçus »

Mais pire encore, le regard d’incompréhension, de déception, d’irritation, voire d’horreur que l’on lit dans le regard de celui à qui on vient de dire, « non, je ne ferai pas ça cette fois-ci ». On passe pour le pire des égoïstes ou carrément, pour un alien venu d’ailleurs, un étranger… Ce qui finalement, dans une certaine mesure, n’est pas si faux… Il faut dire que j’ai vécu plus de 15 ans loin de ma culture d’origine.

Et quelle période pourrait être plus propice que la période des fêtes de fin d’année pour recevoir en pleine figure la MESURE des obligations dues aux conventions imposées par l’environnement culturel !?!

Je ne me considère pas comme un anticonformiste à tout crin ou un asocial extrémiste, mais plutôt comme un rebelle réfléchi ou un dissident clairvoyant, dans le sens où je refuse de me conformer à une convention imposée par une société/culture alors qu’elle ne me convient pas, ou par laquelle je refuse de me laisser abuser.

Ah, noël et sa ribambelle de joyeusetés… La ruée pour les cadeaux dans les magasins surchargés. Les chansons de noël sans discontinuer du matin au soir, où que l’on se trouve. Le pullulement des décorations les plus extravagantes et la profusion des lumières les plus brillantes. La débauche du plastique et autres matières dangereuses pour la santé mais qui rendent tellement beaux tous les jouets pour enfants (et pour adultes). La surconsommation en masse, le non-sens du gadget dernier cri dont on n’a absolument pas besoin mais dont on ne peut pas se passer, et le sentiment que l’on doit se plier à la règle, même si on ne croit plus au père noël…

23 décembre, 14h, avant que je ne me mette en route avec ma mère et « notre » monticule de paquets (j’ai eu peur que le coffre de la voiture ne soit plus assez grand!), pour retrouver mon frère, ma belle-sœur et mon adorable-turbulent-plein-de-vie neveu-filleul de 5 ans pour le réveillon, mon grand-père m’a appelé, pour me souhaiter un joyeux noël. Et il me dit : « tu sais, à l’époque, je ne me souviens plus vraiment, mais on ne devait avoir sous l’arbre que 2 ou 3 mandarines ». Et c’était peut-être pas si mal, me dis-je…

Car en effet, où se trouve l’esprit de noël dans cet excès, cette surenchère de cadeaux ? Je sais, « ça fait tellement plaisir au petit » ! Mais j’ai bien l’impression que ça fait surtout plaisir aux adultes, qui ont trouvé le « bon » cadeau, ça flatte leur égo, et en même temps, ça les empêche de faire face à certaines responsabilités dans un monde qui change. Le réchauffement climatique, la dangerosité des matières chimiques, la surproduction, la crise, on aura bien le temps de s’en occuper après les fêtes… Après celles de noël, de Pâques, du printemps, de la fête des mères, des pères, et même d’Halloween ! Ah oui mais là, on repart à nouveau sur noël…

Comme un caméléon, je me suis adapté, j’ai pris la couleur de noël, et j’ai « joué le jeu ». Le soir du réveillon, j’ai englouti le foie gras et le saumon fumé après les petits canapés de l’apéro au champagne, suivis par les queues de langoustes, les faisans à la crème, la buche – et je suis sûr que j’en oublie… Le lendemain, j’ai applaudi à l’ouverture des cadeaux, immortalisé les sourires béats du petit et des adultes, remarqué que tout le monde avait mal dormi à cause du repas trop lourd, remarqué aussi que le petit, satisfait de tout cet amoncellement de cadeaux tant désirés, passé les premières minutes, se serait bien contenté d’un seul, car il ne savait plus où donner de la tête ni avec lequel s’amuser. Jetant son dévolu sur l’un d’eux, une console de jeu à écran 3D, il commença à explorer les différents jeux, dans lesquels écraser son concurrent ou assassiner les ennemis portent la violence et la compétitivité au sommet des valeurs digne de ce nom… Mais bien conscients des effets pervers d’un écran sur la vue et la santé du petit chéri, ses parents ont commencé à lui dire, d’abord gentiment, puis de plus en plus agressivement, de lâcher ce fichu truc et de faire autre chose. Ben, lui, il comprend pas pourquoi on lui offre des trucs qui lui sont interdits dans la demi-heure qui suit, pourquoi on l’empêche de jouer avec les cadeaux apportés par le papa noël, dont en plus, on lui avait demandé de faire la liste quelques semaines auparavant… Du coup, voyant son copain dans le jardin dehors, il demanda à sortir et finalement, ils jouèrent heureux jusqu’à l’heure du repas avec leur vieux ballon…

Quelques jours avant cet événement mémorable, déjà, ma zénitude avait été mise à mal… non seulement le programme m’était imposé, à savoir le jour et l’heure du départ, sans se préoccuper de savoir seulement si j’avais envie de participer, mais je n’avais même pas le choix du cadeau que j’allais offrir, puisqu’il avait déjà été acheté ! Je suis à nouveau en France, après 15 ans à l’étranger, je dois donc me « comporter selon les convenances, les obligations (!), faire ce que l’on attend de toi » ! Rien de vous choque dans ces mots ? Moi, si.

Bref, je ne suis plus libre, je n’ai plus le libre arbitre de mon propre choix, ni de mes propres décisions, je suis juste l’esclave d’une certaine vision du monde et de ses conventions, et surtout, j’ai à m’y soumettre ! Je dois me comporter de telle ou telle façon, faire ceci ou cela parce que « c’est comme ça ». Peu importe si mes convictions profondes sont reniées, reléguées au niveau du simple caprice puéril, je ne dois pas être moi-même mais juste l’image que m’impose la société et qu’on attend de moi ! Et quand je dis « on », il s’agit de ma propre famille…

Je pense que le monde dans lequel on vit pollue la planète de telle façon que le monde que l’on va laisser – justement à mon petit neveu – sera tellement sale que lui et sa génération auront du mal à y vivre et s’épanouir ? Pas de problème, tout le monde autour de moi est d’accord avec ça.

Je pense que les valeurs authentiques, celles d’une véritable humanité, ont pour ainsi dire disparu du quotidien ? Tout mon entourage le reconnait.

Je pense que la compassion et le respect sont parmi les vertus à défendre et à faire passer à mon petit filleul ? Ma famille entière en est persuadée.

Mais pas question de déroger à la règle du consumérisme de noël, des cadeaux derniers cris et des repas plantureux !

Les consoles du fiston sont fabriquées en Chine, avec des matières chimiques mauvaises pour la santé, et ont couté leur travail à des milliers d’ouvriers de nos propres contrées… Non, c’est vrai ???

La moitié des ingrédients du délicieux festin du réveillon sont importés, produits contre toute éthique, demandant des milliers de litres de carburants, des tonnes d’eau, et tellement « frais » qu’ils n’ont plus aucune matière nutritive… Arrête, tu déconnes !!!

Mais c’est vrai, je dois le reconnaitre, tout ceci sert à une chose, ou plutôt, à deux choses essentielles. La première, enrichir tous les riches de ce monde qui nous font miroiter le bonheur via le capitalisme et la consommation. La seconde, à nous donner l’impression, quelques minutes ou quelques heures pour les plus chanceux, de se sentir moins vides et plus satisfaits. Jusqu’au prochain chapitre, où l’on nous donnera envie d’autre chose, qui nous rendra assurément encore plus heureux !

Voilà, c’était mon coup de gueule après noël. Je sais, « avoir des pensées négatives, c’est une pollution, il faut pas le faire », etc… Mais c’est, cette année, ma façon de dire non aux conventions, qui limitent la pensée et enferment les gens, avec peut-être le secret espoir que le monde ouvrira rapidement les yeux, réagira face aux incongruités actuelles et ruera sans tarder dans les brancards, refusant enfin d’obéir à des règles ahurissantes d’absurdité pour revenir – pour le plus grand bien de tous – à de vraies valeurs humaines. Non, la majorité n’a pas toujours raison, surtout quand une minorité égoïste et criminelle manipule cette majorité et la met en danger pour son propre « bien »…

Publicités
Comments
One Response to “Youpi, c’est noël ! Ou le dictat des conventions…”
  1. youpi! dit :

    C’est dit !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :